Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rappel:

Circulaire "Olin" du 6/09/2005, page 2

Je cite:

"...de nombreuses catégories d'usagers,professionnels de la montagne, chasseurs, randonneurs, associations de protection de l'environnement, se plaignent de la présence de plus en plus fréquente de véhicules terrestres à moteurs, et tout particulièrement de quads sur les sentiers, en forêt et d'une façon générale dans les espaces naturels...

 

Vous voyez, il n'y a pas que chez les écolos que vous n'avez pas que des amis!


"...en outre, par leur comportement, certains utilisateurs sont à l'origine de nuisances pour les riverains et les touristes et générent des conflits..."

 

Circulaire préfectorale n°47/2009 adressée aux maires du département, je cite:


"...la pratique des sports motorisés se développe sans cesse depuis quelques années. Or, la circulation des véhicules à moteur comme les quads, les 4 x4, les motos, les motoneiges cause des dommages aux milieux naturels (dégradation des habitats naturels), à la faune (dérangement, modification du comportement) et à la flore. Elle est également source de danger (risque d'accidents), de nuisances pour d'autres catégories d'usagers (marcheurs, cavaliers, cyclistes) et de dégradations de pistes et de chemins (érosion)..."

 

Note: les mots en caractère gras le sont déjà dans le document d'origine de la circulaire du préfet!

Recherche

Catégories

22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 16:32

 

peak.jpg

 

Pour une fois, prenons un peu de hauteur, laissons de côté les motoristes, leurs commentaires argumentés d'insultes pour nombre d'entre-eux, les seuls mots qu'ils sont capables d'écrire sans fautes d'orthographe.

Croissance ! Voilà un mot dont on nous rabat les oreilles dans les médias ! Et on n'a pas fini de l'entendre ces prochains mois dans la bouche de nos candidats visionnaires de droite ou de gauche. Décroissance, voilà un mot que l'on entend fort peu, il fait peur ! Pourtant la décroissance est inéluctable, elle pourrait être consentie, préparée et de ce fait moins douloureuse pour tous. Ce n'est malheureusement pas le chemin que l'on emprunte : nos politiques vivent dans le passé et essaient d'appliquer des vielles recettes, de gérer des crises à la petite semaine, lorgnent avec envie du côté de notre voisin allemand, et que dire de la croissance à 2 chiffres de la Chine...Rassurons-nous, de ce côté là non-plus cela ne durera pas.

Pour reprendre une image récemment utilisée dans laquelle un candidat est comparé au capitaine d'un pédalo : nous sommes au XXIe siècle, à l'aire du GPS, des ordinateurs, des satellites météo. On est capable de vous annoncer la formation d'une dépression à distance, de dire qu'elle sera sur vous dans 24 heures, avec des vents de force 10, des creux de 12 mètres alors que nos politiques gouvernent à vue comme au temps de la marine à voile. La vague de 12 mètre, ils vont la découvrir au moment où elle sera à la proue du navire ce qui forcément limite grandement les possibilités d'action.

Le peak oil est maintenant une réalité, on rentre dans la déplétion : chaque nouvelle année, la quantité produite va diminuer alors que la demande n'a jamais été aussi forte. Le pétrole est à la base de toute l'économie mondiale, c'est lui qui a fait la société de consommation que l'on connait : transports bien sûr, agriculture, engrais, chimie où il est irremplaçable. Il a rendu possible les progrès du vingtième siècle, permit le passage de deux milliards d'individus à sept milliards en un siècle. Ne pas se leurrer en se disant, à l'observation de la courbe, « tout va bien il en reste encore autant ». Nous sommes dans la phase décroissante de la courbe, c'est maintenant que les problèmes commencent...

Et bien sûr, le pic pétrolier n'est que le premier choc, d'autres pics se profilent à l'horizon : gaz, charbon, métaux. Pour faire simple, un pic de production pour tout ce que l'on retire du sous-sol et l'on pourrait y ajouter ce qui provient de la surface du sol : l'alimentation !

Les pics du gaz et du charbon sont certains, les dates peuvent varier quelque peu dans un sens comme dans l'autre en fonctions de l'évolution de la demande, de données erronées sur les reserves.

La date du peak metal est difficile à apprécier parce qu'il est difficile de mettre tous les minerais ensemble : certains sont forts rares, présents en très faible quantité, d'autres plus abondants. De-plus un métal est recyclable, réutilisable ; il faut donc tenir compte du recyclage et de son évolution, peut-on faire mieux dans ce domaine.

Chacun d'entre-nous peut percevoir les indices annonciateurs en ouvrant son journal : prix des carburants, du gaz, de l'électricité, propositions de rachat d'or, vols de cuivre sur les lignes SNCF, les transformateurs...

Nombre de spécialistes, de scientifiques tirent la sonnette d'alarme depuis...une trentaine d'années. La prévision du pic pétrolier était solidement établie depuis les années 80/90 même si la date restait difficile à cerner avec précision (2010/2020). Aujourd'hui il semble bien que l'on est dedans. A titre d'exemple, un des plus gros producteur de pétrole :

« les exportations nettes de l’Arabie Saoudite sont entrées dans leur déclin final et l’AS cessera d’être un exportateur de pétrole beaucoup plus tôt que ne le prévoyaient les spécialistes. »Le graphique suivant l'illustre bien:

Saudi_Arabia_oil_small.png

 

La partie verte représente les exportations, grise la production et en noir la consommation intérieure du pays.

 

D'après les spécialistes du peak oil, on aurait dû prendre des mesures vingt ans avant la date estimée pour assurer une transition relativement douce de l'économie mondiale. Dix ans avant la date prévue, les choses étaient rendues nettement plus difficiles mais c'était encore possible. Au lieu de cela on est dedans sans qu'aucune mesure n'aie été prise, en France moins qu'ailleurs.

On peut bien sûr continuer à croire aux chimères servies par les économistes, les politiques sans oublier les fables médiatisées par les JT: voiture électrique, hydrogène etc...C'est oublier un peu vite que l'électricité est un vecteur de l'énergie : elle n'existe pas à l'état naturel et pour la produire, il faut de l'énergie ! N'importe quel individu ayant un sou de bon sens est capable de s'en rendre compte. L'hydrogène est un élément abondant sur la planète (H2O!). Le petit problème est qu'il n'existe pas à l'état natif sous sa forme gazeuse. Or la production de ce gaz, à partir de l'eau par exemple, demande une quantité d'énergie considérable, c'est également un vecteur d'énergie comme l'électricité.

 

»(...) Même si on ne lui explique pas clairement la situation, la jeunesse comprendra intuitivement que, durant l'existence de la génération des baby-boomers, près de la moitié de la totalité des réserves de pétrole de la planète a été consommée. Partout elle remarquera les traces de la fête débridée que la génération précédente a donnée, tandis que pour elle-même ne resteront que les miettes. Constatant toujours moins de possibilités sur le plan économique, elle pourrait nourrir un ressentiment inexprimable à l'égard de son aînée qui a dépensé sans compter la dotation mondiale en ressources naturelles, ne laissant pratiquement rien à ses enfants, petits enfants. » Richard Heinberg: pétrole, la fête est finie.

 

Autre citation : «  Celui qui croit à une croissance infinie dans un monde fini est soit un fou soit un économiste ».

 

On pourrait ajouter dans l'ordre: un politique, un journaliste, un ...âne prêt à avaler n'importe quelle connerie servie sur un plateau du moment que ça ne remet pas en cause sa petite vie pépère, sa « passion » pour les sports motorisés.

 

Pour en savoir plus: link et link

Partager cet article

Repost 0
anti-quad-petite-meurthe.over-blog.com
commenter cet article

commentaires