Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rappel:

Circulaire "Olin" du 6/09/2005, page 2

Je cite:

"...de nombreuses catégories d'usagers,professionnels de la montagne, chasseurs, randonneurs, associations de protection de l'environnement, se plaignent de la présence de plus en plus fréquente de véhicules terrestres à moteurs, et tout particulièrement de quads sur les sentiers, en forêt et d'une façon générale dans les espaces naturels...

 

Vous voyez, il n'y a pas que chez les écolos que vous n'avez pas que des amis!


"...en outre, par leur comportement, certains utilisateurs sont à l'origine de nuisances pour les riverains et les touristes et générent des conflits..."

 

Circulaire préfectorale n°47/2009 adressée aux maires du département, je cite:


"...la pratique des sports motorisés se développe sans cesse depuis quelques années. Or, la circulation des véhicules à moteur comme les quads, les 4 x4, les motos, les motoneiges cause des dommages aux milieux naturels (dégradation des habitats naturels), à la faune (dérangement, modification du comportement) et à la flore. Elle est également source de danger (risque d'accidents), de nuisances pour d'autres catégories d'usagers (marcheurs, cavaliers, cyclistes) et de dégradations de pistes et de chemins (érosion)..."

 

Note: les mots en caractère gras le sont déjà dans le document d'origine de la circulaire du préfet!

Recherche

Catégories

16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 18:48

Définition du mot nature selon Larousse : Ensemble du monde physique, considéré en dehors de l'homme. Ensemble de ce qui, dans le monde physique , n'apparaît pas comme transformé par l'homme...

La réponse semble évidente, du moins en ce qui me concerne. Si j'ai pris la peine de vérifier dans le dictionnaire, je sentais confusément qu'il y avait une opposition voire antinomie. Je comptais rédiger un article en ce sens lorsque au hasard de mes recherches, j'ai eu l'occasion de lire l'article suivant sur le site http://sentiers.be/.

L'article est reproduit avec l'aimable accord du site ci-dessus :


A l’origine, les quads sont des engins utilitaires très pratiques qui permettent aux agriculteurs et aux forestiers de transporter leurs outils et équipements divers avec un impact moindre sur la faune et la flore. Malheureusement, les constructeurs ont créé de nouveaux monstres dont l’aspect et la puissance ne laissent plus aucun doute sur l’intention réelle de leurs utilisateurs.

Codever défend la liberté de circuler pour tous, ce que personne ne conteste, mais également le fait que tous les utilisateurs des chemins et sentiers sont égaux et respectent la nature (le terme « nature » est bien utilisé et non celui d’ « environnement », ce qui est déjà significatif). En dehors de toutes considérations d’ordre juridique, voyons donc si les pratiques du quad et de la moto « verte » sont respectueuses de l’environnement.

1) Le bruit

Le bruit peut être défini comme un ensemble de sons qui soit, ne sont pas désirés, soit, sont intenses, déplaisants et inattendus. Le bruit généré par les véhicules motorisés à deux roues (motos) et trois roues est limité depuis longtemps par des directives communautaires qui organisent une réduction en plusieurs étapes. La dernière de ces étapes est entrée en vigueur en 1993/1994. Les valeurs limites qu’elle fixe sont 75 dB(A) pour une cylindrée de 80 cm3, 77 dB(A) pour une cylindrée de 80 à 175 cm3 et 80 dB(A) pour une cylindrée supérieure à 175 cm3. Par contre, en ce qui concerne les quads, considérés comme des quadricycles à moteur, c’est le vide juridique : rien n’est actuellement prévu en normes de bruit.

Les quads et motos « vertes » envahissent un espace qui est stratégique : les seuls espaces ouverts où la voiture ne règne pas ! En dehors des forestiers et des agriculteurs, la plupart des utilisateurs des chemins et sentiers se promènent pour retrouver le calme et renouer le contact avec la nature. La déception et la colère de ces promeneurs est donc à la mesure du nombre de décibels produits par le passage d’une noria de ces engins.

Dans un pays aussi petit et dense que la Belgique, cette situation n’est que trop fréquente et dans de nombreux endroits, il ne se passe plus un seul week-end sans que la quiétude ne soit quotidiennement troublée par une minorité tapageuse. Les habitants des villages ruraux doivent-ils vraiment supporter le bruit agressif d’accélération des ces « jouets » survitaminés ? L’arrivée d’un quad s’entend longtemps avant et après son passage provoquant un stress régulier aux riverains et aux promeneurs.

2) L’insécurité

La vitesse des quads et des motos est-elle adaptée au type de voirie empruntée ? Celui qui vient d’acheter un quad ne l’a-t-il pas fait pour tirer plaisir de la vitesse, de la puissance d’accélération et des sensations fortes lorsque l’on dérape dans les virages ? Au détour d’un petit chemin bordé de végétation, comment peut-on réellement être attentif à l’apparition soudaine d’un cavalier ou d’un VTT dans un tel état d’excitation, sans entendre un seul bruit de l’environnement extérieur et avec un belle couche de boue sur la visière ? En dehors des circuits prévus à cet effet, il est inconcevable que des individus roulent à des vitesses aussi exagérées sur des chemins qui ne sont pas du tout prévus pour ce genre d’activités.

Certains clubs organisent des « balades » en groupe rassemblant parfois plusieurs dizaines d’individus. Même si certaines règles de sécurité et de prudence sont respectées, un tel nombre d’engins ne génère-t-il pas un réel sentiment d’insécurité sur des voiries sensées n’accueillir que des visiteurs occasionnels et discrets ?

) Les chemins et sentiers abîmés

Sur un chemin empierré, le passage d’un tracteur ou d’un 4x4 va tasser le sol et renforcer sa structure. Tandis que les pneus agressifs et le type de conduite qu’exige la pratique du quad ou de la moto (dérapage fréquent) risquent de provoquer le descellement des pierres et leur projection vers l’arrière, a fortiori si le chemin est pentu. D’un chemin bien damé, on passe donc à un terrain caillouteux, difficilement praticable où l’érosion peut commencer son œuvre.

Sur un chemin de terre, le passage d’un quad ou d’une moto provoque un nuage de poussière si le sol est sec.

Si le sol est humide, un quad ne provoque pas d’ornières aussi profondes qu’un 4x4 ou une moto. Mais, là ou le chemin ne présente qu’une zone humide un peu molle pour un piéton, le quad et la moto vont transformer le terrain en véritable champ de boue. Leur passage va pulvériser la terre, l’eau et l’éventuelle végétation qui maintient le sol en place. Ils vont élargir la zone boueuse, obligeant les autres utilisateurs à sortir du chemin pour pouvoir passer sans trop de problèmes.

Peut- être est-il nécessaire de rappeler que le Code Rural condamne ceux qui auront dégradé ou détérioré, de quelque manière que ce soit, les routes et les chemins publics de toute espèce (art.88-9°).

4) La flore détruite

Les pneus agressifs des quads et des motos arrachent les mousses et mettent les racines des arbres à nu. Certains utilisateurs, pour ne pas trop s’ennuyer sur un chemin monotone, n’hésiteront pas à rogner sur les talus, détruisant le flore fragile qui y pousse. D’autres s’amuseront à rouler dans les zones humides, les ruisseaux et les rivières sans aucune considération pour l’écosystème fragile qu'ils représentent.

 

5) La faune effrayée

Codever se base sur une étude universitaire allemande pour souligner qu’un piéton seul et silencieux dans un gagnage occasionne plus de dégâts qu’une colonne de véhicules motorisés sur un chemin forestier et prend comme exemple les lapins le long de l’autoroute… En principe, un piéton respectueux de la loi ne se trouve pas dans un gagnage en dehors des sentiers autorisés. Un chevreuil entendra peut-être venir l’engin motorisé plus tôt qu’un piéton, mais ça ne l’empêchera pas d’être dérangé et de prendre la fuite.

 

6) L’incivilité

Une minorité d’individus est parfaitement au courant des lois et notamment de la loi sur la circulation en forêt, mais estiment qu’ils ont raison envers et contre tout et braveront sans l’ombre d’un scrupule les interdits mis en place. Dans le genre, un sommet a été atteint en novembre 2004 dans la région de Maredsous, lorsque des « quadistes » roulant au GPS ( !) ont violemment agressé et envoyé à l’hôpital un chasseur de 62 ans pourtant bien en règle en matière d’affichage spécifié dans le Code Forestier.

Par ailleurs, on ne compte plus les quads et motos circulant dans les bois privés ou publics au plus grand mépris des lois et des propriétaires.

Techniquement, il suffit de parcourir les forums consacrés au sujet pour très vite savoir comment débrider un quad ou une moto et passer outre de l’homologation nécessaire pour circuler sur la voie publique. Il est également très facile (pour les fortunés) de transformer leur engin en bête de compétition en changeant un pièce par-ci, une pièce par-là…

 

7) Les gaz d’échappement

Comme tous les engins à moteur à explosion, les quads et les motos émettent des gaz à effet de serre (CO2), mais aussi des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) très toxiques comme le benzène, les aldéhydes, etc.

Si la technique évolue et permet de diminuer certains rejets, le nombre croissant d’engins en circulation annule l’effet escompté.

Quasi plus aucun scientifique sérieux ne conteste le réchauffement climatique et son origine humaine. Quoique nous pensions, nous allons tous devoir contribuer d’une façon ou d’une autre à la diminution drastique de nos rejets de CO² et autres gaz à effet de serre comme le méthane. Est-il donc encore concevable et responsable de rejeter délibérément ces gaz uniquement pour son loisir personnel ? Plus les effets du réchauffement se feront sentir, plus il sera difficile de faire l’autruche...

 

8) Le gaspillage des ressources

D’une manière plus globale, quiconque s’intéresse un peu à l’actualité mondiale pourra aisément comprendre que plusieurs indicateurs climatiques et économiques sont au rouge. Le prix du barril ne cesse de monter et rien n’annonce que cela va changer. La déplétion du pétrole (la demande dépasse l’offre jusqu’à épuisement des ressources) est un danger extrêmement préoccupant.

Ne serait-il pas salutaire d’économiser au maximum les ressources encore disponibles et de les réserver aux utilisateurs prioritaires (services d’urgence, plastiques à usage médical, etc.) plutôt que de les gaspiller dans des activités dont l’individualisme schizophrénique est bien révélateur de notre société de consommation à outrance ?

A force de publicité, les constructeurs flattent les mâles instincts de domination par la vitesse et la puissance en prônant un esprit de « liberté ». Mais la véritable liberté n’est-elle pas de pouvoir justement refuser de se soumettre au marché aguichant du loisir carnassier en réfléchissant sur les conséquences à long terme de nos actes ?

 

9) Un problème mondial

Preuve que le problème est loin d’être local, de nombreuses associations dénoncent les ravages des quads et motos dans différents pays (France, Canada, Etats-Unis…) et surtout concernant des milieux fragiles tels que la montagne ou les parcs naturels. Au Canada, viennent s’ajouter les problèmes liés aux motoneiges

Conclusion

Citons un extrait d’un article intitulé « A fond la caisse » paru dans la revue « Touring » de juin 2003 :

« Les passages sur la route sont peu nombreux et tout le monde s’élance dans les sous-bois, sur les sentiers publics communaux et sur les chemins de remembrement pour trois heures de sensation, de vitesse et d’amusement. Les pointes de vitesse atteignent 90 km et la poussière que soulève le passage des bolides forme un épais nuage que le vent souffle de côté. Les sensations de glisse que procure le quad se rapprochent du karting. Mais les passages sont parfois plus techniques (souche, ornières, talus, gué…)… il procure des sensations rares de glisse et de vitesse. ». Sans commentaires…

 

Tous ces éléments démontrent que l’utilisation du quad et de la moto « verte » est loin d’être respectueuse de notre environnement naturel et social. En dehors du fait que le terme « loisirs verts » relève de l’escroquerie intellectuelle en ce qui concerne les sports moteurs, la pratique du quad et de la moto-tout-terrain est incompatible avec le développement d’un secteur touristique axé sur la pratique d’activités de plein air non-motorisées. La nuisance ne provient pas de tel ou tel inconvénient exposé plus haut en particulier, mais bien de l’accumulation de ceux-ci.

Si nous tenons compte des nuisances et dégâts provoqués par les quads et motos, plusieurs principes de précaution devraient être adoptés :

1) A l’instar du karting, la pratique du quad récréatif doit être contenue dans des zones où les nuisances écologiques, paysagères et sociales seront les plus faibles (circuits permanents sur certaines friches industrielles ou aux abords des autoroutes…). Le retour légal de ces engins dans les bois serait une hérésie écologique.

2) En ce qui concerne les quads, il est impératif de combler le vide juridique en appliquant des normes en matière de bruit au même titre que les motos et les voitures.

3) Le code de la route considère le quad comme un « quadricycle à moteur » qui doit donc observer les mêmes règles que les voitures. Cela signifie que hors agglomération et théoriquement, ils peuvent rouler à du 90 km/h y compris sur… les chemins de terre où il n’y a pas de panneaux de restriction en ce qui concerne les utilisateurs (panneaux F99a, F99b, F99c et F101c). Toutefois, le code de la route indique aussi que l’usager doit adapter sa vitesse au terrain et aux autres usagers. Il va de soi que cette adaptation se fera seulement sur le propre jugement et les priorités du conducteur. Ce flou juridique devrait être comblé par une limite de vitesse chiffrée lorsqu’un véhicule circule sur un chemin empierré ou de terre.

4) Pour les quads et motos « vertes » qui circulent sur la voie publique, il est nécessaire de renforcer les contrôles techniques de ces véhicules pour éviter toute modification illégale des spécifications techniques d’origine.

Pour terminer, rappelons un chiffre issu d’un sondage réalisé pour la société royale du cheval de trait ardennais et paru dans le journal « Le Soir » du 5 août 2005 : 88% des wallons et bruxellois interrogés souhaitent l’interdiction des sports moteurs dans les forêts.

 

Partager cet article

Repost 0
anti-quad-petite-meurthe.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Sierra 31/01/2013 20:31

Les quads et oui une plaie pour nos chemins et sentiers mais comment s'en débarrasser définitivement???

anti-quad-petite-meurthe.over-blog.com 01/02/2013 13:43



On peut espérer à terme sur l'augmentation du prix du pétrole en étant patient...On peut se mettre en relation avec une association de type "talibans écolos" selon les termes du Codever...On peut
interpeler son maire (par écrit) et le mettre face à ses responsabilités dans ce domaine (c'est pas gagné au vu du courage de nos i(ir)responsables politiques et autres décideurs)...



Hervé 30/08/2012 10:01

Je le sais très bien car j'étais quaddeur dans le temps mais vu les dégâts, les dérangements des personnes qui cherchaient la tranquillité dans les bois on a tout abandonné. Au début mon quad (un
can-am outlander était bridé a 20ch, je peux vous affirmer que dans les bois, les ornières, les montés, ça n'avance pas du tout. Je l'ai débridé et là, tout change, un coup de gaz et les 4 roues
creusent une ornière de 20cm de profondeur! Vu ces dégâts et le comportement des autres quaddeurs j'ai préféré arrêter ce sport car il semble que ça devient une course à qui peut creuser le plus
profond, qui peut rouler dans l'eau la plus profonde ou passer à toute vitesse sur des chemins ruraux ou agricoles avec un voile de poussière derrière lui empêchant à tout être vivant de respirer
librement les prochains 20 minutes.
Plus de 95% des quads sont au-dessus des 20ch autorisées par la loi, les 5% réglementaires qui roulent sont des quads de 50ccm à 250ccm qui ne dépassent pas 20ch pour cause de leur faible
motricité. Cette loi compte aussi pour les quads, les buggys et les SSV comme le Polaris RZR ou le can-Am Commander.
Voici un article qui parle de l'homologation des quads:
http://www.quad-infos.com/page-legislation-1.html
(20ch ou 25km/h ceci devrait couper l'appétit a beaucoup de quaddeurs)

Hervé

anti-quad-petite-meurthe.over-blog.com 30/08/2012 21:20


Merci pour ce commentaire honnête. C'est assez rare pour le signaler.


Hervé 29/08/2012 14:49

Bonjour,
D'après la loi, les quad doivent être bridé a 20 chevaux par contre personne ne respecte cette loi. Si on pourrait faire respecter cette loi, il y aurait beaucoup moins de quads qui creusent et
recreusent nos chemins. Le dernier né de chez Can-Am développe 85 chevaux!, je vous laisse imaginer les dégâts que cela fait. Les assurances devraient se retirer de leurs responsabilités en cas
d’accident avec un tel quad, ou déjà en avance pas l’assurer du tout. Pour débrider un quad, rien de plus simple que de tourner une visse à la poigné des gaz.
Tout quaddeur peut vous affirmer que rouler avec 20 chevaux sur des terrains ruraux ce n’est pas plaisant du tout.
Hervé

anti-quad-petite-meurthe.over-blog.com 29/08/2012 21:34



Merci pour cette info. J'ignorais totalement cet aspect technique. Effectivement, je doute, rien qu'au bruit et aux accélérations, que la majorité des engins que je peux entendre soient en
conformité.



Gaël M 27/12/2010 14:24


Vu la "tendance" de ce blog je suppose que mon avis ne sera pas publié....car je suis un quadeur et donc je suis "la bête à abattre" selon vos points de vue!

Je pense que vous faites un amalgame sur les quadeurs et autres amateurs de loisirs motorisés.
Les 3/4 de ces gens respectent la nature, les lois et roulent avec des machines homologuées par l'Etat, respectent aussi les chemins et les interdictions et n'en sortent pas..
Vous mettez tout le monde dans le même sac si je puis dire et c'est bien malheureux!
.. allez faire du quad avec quelqu'un qui respecte la nature et les autres usagers et vous verres que c'est tout simplement du plaisir et non pas une espèce de pseudo performance et de course comme
vous l'affirmez dans votre article.


Voici quelques autres points discutables et quelques comparaisons:

1° Pollution:
oui, le quad pollue certes comme tout véhicule à moteur, sachez quand même qu'un quad homologué respecte des normes d'émissions de CO2 et ne pollue donc pas plus que votre véhicule que vous prenez
pour partir en vacances ou pour vous rendre dans VOS bois tant aimés.

2°le bruit:
Un quad homologué respecte un certain niveau sonore tout comme n'importe quel véhicule..... ce volume sonore vigure sur la CG du véhicule il n'y a donc rien a dire là dessus.

3° l'insécurité:
Si un jour vous croisez de vrais quadeurs vous verrez que ceux ci ralentissent à votre vue et qu'il ne roulent pas dans les bois ou autres chemins sans visibilité à 80 ou 90km/h... c'est encore une
fois une minorité de pratiquants malheureusement.
Quand nous croisons des promeneurs nous ralentissons et nous disons bonjour (signe de la main ou de la tête), nous ne sommes pas là pour semer la terreur ni pour prouver quoi que ce soit aux autres
usagers, nous sommes la pour profiter de la nature, de notre machine et nous évader tout en RESPECTANT les autres.

4°faune et flore:
Il est évident que l'on ne passe pas sans bruit et sans traces...tout comme n'importe quelle activité (ou loisir) humaine. Les chemins sont des endroits de passages, nous essayons de les dégrader
le moins possible et de les respecter. Des associations ou groupe de quadeurs réhabilitent et entretiennent certains chemins justement pour garder un "patrimoine" en bon état.

5° gaspillage des ressources:
Trouvez moi une activité humaine qui ne gaspille pas de ressources?! c'est impossible à moins de revenir au moyen age et de troquer votre voiture contre un cheval..... Tout pollue, tout consomme de
l'energie, c'est trop facile de jeter la pierre aux loisir motorisés.
N'allez vous pas au ski? en promenade, en vacances avec votre voiture...

un exemple flagrant les stations de ski!! généralement placées dans des zones protégées et en haute montagne. Bizarrement ça ne choque personne toutes les dégradations que cela engendre (bien pire
que celles imputées aux quad)

Et pourtant là le gaspillage de ressources est bien plus énorme, tout ça pour un loisir qui apparemment respecte la nature?!
C'est de l'hypocrisie et un lobby tout simplement!


J'espère que vous publierez ce commentaire pour que tout le monde aie son droit à la parole, sinon ça ne sert à rien d'écrire ce genre de chose...

Bonne ballade sur les chemins!


Flower 22/11/2010 17:36


Salut! J'ai vu ton com sur le site de Carfree et je viens ici t'apporter un peu de soutien.
Moi non plus je ne supporte plus d'entendre ces engins surmotorisés nous polluer (pollution sonore et environnementale) la nature. Ils clament eux aussi leur droit à profiter de la nature,
n'empêche qu'ils la polluent et ne la respectent pas et empêchent les promeneurs d'en profiter. Ceux là ne comprennent pas ce qu'est vraiment profiter de la nature : écouter le bruissement doux du
vent dans les arbres, les oiseaux qui chantent, une brindilles qui craque,... tous ces bruits auxquels ils ne peuvent accéder au volant de leur cheval de fer...
Je fais beaucoup de rando peddestre dans la région paca, c'est très énervant parce que vous avez beau faire deux heures de marche, si vous montez, vous êtes sûr d'entendre au loin dans la vallée
une armada de fous du guidons, qui bruleront l'air à qui mieux mieux histoire de bien montrer qu'elle est puissante ma grosse moto, hein t'as vu t'as vu? Le seul endroit encore préservé pour moi
sont les Alpes où lorsque tu fais de la moyenne montagne et que tu pars en rando 2-3 jours, là tu es seul avec la nature, un bonheur immense.

Vivement la fin du pétrole.